Valérie Da Costa

Résidence

Residency

juillet 12-31, 2020 – Grasse

L’historienne de l’art, critique d’art et commissaire d’exposition Valérie Da Costa, maître de conférences habilitée à diriger des recherches en histoire de l’art contemporain à l’Université de Strasbourg, était en résidence en juillet 2020 à la Sociétà delle Api, fondée par Silvia Fiorucci Roman, pour écrire son livre, Paul Thek in Italy (1962-1976).
Spécialiste de l’art italien de la seconde moitié du xxe siècle, auteure de nombreux livres et textes sur Lucio Fontana, Pino Pascali, Fabio Mauri, Fausto Melotti, Ettore Spalletti et Piero Gilardi entre autres, Valérie Da Costa a entrepris une nouvelle recherche qui croise la situation artistique de l’Italie et des États-Unis dans le contexte des années 1960 et 1970, en s’intéressant à la figure de l’artiste américain Paul Thek (1933-1988).
Artiste de la contre-culture américaine, ami de Susan Sontag, de Peter Hujar, de Robert Wilson et Eva Hesse, Paul Thek est certainement l’un des artistes américains les plus singuliers de la seconde moitié du xxe siècle.
Pendant quatorze ans, de 1962 à 1976, Paul Thek a vécu en Italie, chaque année plusieurs mois et parfois une année entière, entre Rome, la Sicile et l’île de Ponza.
Cette vie italienne a profondément marqué son imaginaire. En Italie, Paul Thek rencontre une culture radicalement autre. À Rome, il découvre la sculpture antique, les églises baroques, les maîtres de la Renaissance et il fréquente le milieu artistique de ces années 1960. À Palerme, avec le photographe Peter Hujar, il fait, dans les catacombes des Capucins, l’expérience bouleversante de la possibilité de représenter la mort. Sur l’île de Ponza, il expérimente la vie, une vie autre, reliée à la nature et la mer Méditerranée. Autant d’éléments qui sont à l’origine de son œuvre, de ses Reliquaires technologiques (Technological Reliquaries) à ses expositions et installations, jusqu’à son retour aux fondamentaux, le dessin et la peinture. Ces influences italiennes ont souvent été minimisées dans les travaux sur l’œuvre de Paul Thek, par ailleurs très rares.
Cet essai, premier livre français sur l’artiste, propose de relire, de faire découvrir ou redécouvrir l’œuvre inclassable, labyrinthique et hétérogène de l’un des plus grands artistes américains de la seconde moitié du xxe siècle, à l’aune de ce croisement culturel qui fut pour Paul Thek déterminant et nécessaire à la mise en place et au développement de son travail, entre le début des années 1960 et la fin des années 1980.

Le livre Paul Thek in Italy (1962-1976) a été publié à l’automne 2021 dans une édition bilingue anglais-français, chez Humboldt Books, à Milan.